“Pollution digitale” ou encore “pollution numérique”, ces deux termes synonymes, encore trop peu connus du public, désignent pourtant un phénomène très réel, aussi dévastateur que la pollution aérienne civile et dont le développement est exponentiel. 

Qu’est-ce que la pollution digitale ou numérique ?

La pollution digitale ou numérique désigne tout simplement la pollution engendrée par le fonctionnement du réseau internet. Pour beaucoup, Internet est synonyme de dématérialisation. Pourtant, loin d’être virtuel, Internet repose sur une infrastructure bien physique. En effet, tout un réseau de câbles, de Data Centers et de serveurs sous tend le fonctionnement d’internet :
  1. En France, les Data Centers consomment environ 10% de l’électricité du pays.
  2. 58,944 antennes relais sont aujourd’hui installées en France et dans les DOM-TOM. 
  3. La France produit l’équivalent de 45,72 kg de déchets électriques et électroniques par seconde.

Crédit : David Bihanic, Designer et maître de conférences à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Source : http://visu.sciences-du-design.org/3.html

L'activité numérique responsable de 2% des émissions de CO2 de la planète

Ainsi, envoyer un courriel, utiliser les moteurs de recherche, stocker des données : le web génère aujourd'hui 2% des émissions de CO2 de la planète. Et ce n’est que le début de cette nouvelle forme de pollution. En effet, d’ici quatre ans, la pollution numérique représentera 3 à 4% des émissions de dioxyde de carbone… Une situation qui devient donc alarmante !
Des gestes quotidiens aussi simples qu’envoyer des emails, surfer sur internet, utiliser les moteurs de recherche ou stocker des données représentent donc un réel coût pour l'environnement :
- Faire une recherche sur Google émet l'équivalent de 5 à 7 grammes de CO2. 
- Le coût carbone d’un email avec une pièce jointe d’1 Mo est de 19 grammes de CO2 selon l’ADEME. Cela peut sembler marginal mais si on prend en compte l’intégralité des flux d’emails dans le monde, la situation devient vite plus que conséquente. Ainsi, en une heure, plus de douze milliards d'emails sont envoyés, représentant plus de 4 000 tonnes de pétrole. 
L’une des principales formes de pollution numérique est appelée la “pollution dormante”. Cette dernière est en grande partie due au stockage des emails. Ce que l’on sait trop peu est que tout email conservé dans une boîte mail fait tourner, de façon ininterrompue, de nombreux serveurs dans des Data Centers. Or, les Data Centers sont très gourmands en énergie et nécessitent d’être climatisés en permanence pour être refroidis. Ainsi, le stockage des données fait tourner l’équivalent de cinq centrales nucléaires dans le monde ! Et ce n’est que le début… En effet, le volume des données stockées double tous les deux ans.

Cleanfox, une solution à la pollution numérique 

C’est face à ce terrible constat que nous avons décidé de créer Cleanfox(www.cleanfox.io), la plateforme web qui permet à tous les détenteurs d’un compte Gmail de se désabonner en un seul clic des newsletters reçues et non lues. 
En vous désabonnant des newsletters que vous ne lisez pas, vous limitez votre empreinte carbone. Adopter Cleanfox, c’est limiter le nombre d’emails envoyés par les expéditeurs des newsletters. Pour chaque email que vous ne recevez plus, vous évitez l’émission d’environ 10 grammes de CO2. Cela n’est pas rien dès lors que nous pouvons recevoir des centaines de newsletters tous les mois.
Alors, pourquoi ne pas essayer ? 

Nettoyez votre boîte mail, sauvez la planète ! 

www.cleanfox.io




Publié le : 2017-05-03 par Louis

Rejoignez Cleanfox


Se connecter avec Gmail
Se connecter avec Hotmail
Se connecter avec Yahoo
Autre (Orange, SFR, Free...)

Credits : Flaticons are designed by Freepik and by Drawnhy97 and distributed by Flaticon - Background Pictures are provided by Pexels.com